Manuel iconoréseau : pourquoi nous le mettons en ligne

L’utilisation de la photographie en LSHS est désormais monnaie courante. La photo sert à seconder le chercheur dans son activité, elle se distingue radicalement de la photographie vue comme modalité d’action artistique pour ressembler plutôt à un photoreportage personnel. Alors qu’à l’époque de l’argentique l’usage de la photographie était limité par le coût et la lenteur des procédures (développement et tirage), le numérique a bouleversé l’usage de la photo par les chercheurs, de la prise de vue à la valorisation de l’iconographie en passant par la gestion des fichiers, données et métadonnées. La multiplication des smartphones a par ailleurs inauguré l’usage de la fonction photo comme « prise de notes visuelles », selon la formule de Roberto Casati.1 En parallèle, la photographie professionnelle s’est elle aussi modifiée dans ses pratiques et ses outils, intégrant, outre la prise de vue, un travail de post-production plus important que par le passé.

Dans cet environnement, la photographie utilisée comme auxiliaire de la recherche emprunte une partie de ses modalités aux pratiques amateurs quotidiennes, et une partie aux exigences professionnelles. Grâce à des appareils de plus en plus performants mais mobiles, le chercheur peut découvrir après coup en consultant ses images des détails qu’il n’avait pas pris en considération sur le terrain ; il peut rapprocher des images se rapportant à des campagnes distantes, pour peu que son archivage soit efficace ; il peut séparer le moment de la prise de vue, aux conditions parfois extrêmes, et le moment du traitement intellectuel de l’image ; il peut partager ses images avec ses collègues, les mettre en valeur sur le web pour illustrer ses résultats de recherche, fournir lui-même à ses éditeurs les clichés qui éclaireront le sens de ses textes. À condition… que ses images soient convenablement réalisées, qu’il ait respecté quelques principes simples de prise de vue, d’archivage, et de post-traitement.

En effet, les potentialité énormes de la photo numérique sont trop souvent négligées par les chercheurs, faute d’un minimum de connaissances qui leur permettraient d’améliorer leurs images, sans y consacrer plus de temps. C’est à ces procédures simples et rationnelles que nous avons choisi de consacrer les billets qui suivent, afin de permettre aux chercheurs de produire sans peine des images plus utilisables.

 

Ce « manuel en ligne » a pour origine la rencontre de plusieurs chercheurs en lettres et sciences humaines qui utilisent tous la photographie pour leurs travaux, sans qu’elle soit en elle-même l’objet des recherches. Initialement, le groupe qui s’était formé réfléchissait à la manière de mettre en valeur les photographies issues du travail de recherche, le plus souvent des images des documents ou monuments sur lesquels portait la réflexion : photos de livres à valeur historique, photos de bâtiments, de sites qui présentaient un intérêt documentaire. Mais rapidement, l’intérêt de l’équipe s’est déplacé vers l’amont du processus photographique : de questionnements sur la mise en valeur finale des images (sites web, expositions virtuelles, etc.) vers une réflexion sur la prise de vue elle-même. Parce qu’il nous est apparu très vite qu’une grande partie des problèmes de post-traitement des images accumulées au cours de nos projets de recherches aurait pu être résolue si, au moment de la prise de vue, nous avions réfléchi, anticipé, préparé le travail de manière convenable. Par exemple, si nous nous étions assurés au moment de prendre la photo que la définition de l’image correspondait bien à l’usage final que nous pourrions en faire ; ou si nous avions pris soin, au moment de transférer nos images de l’appareil photo à notre ordinateur de travail, de renommer nos fichiers et de préparer nos métadonnées pour faciliter l’intégration de ces images dans une base de données collectives.

Constatant que beaucoup de chercheurs et équipes engagés ces dernières années dans des projets impliquant l’usage de la photo rencontraient les mêmes difficultés, nous avons établi un questionnaire largement soumis à la communauté universitaire, afin d’en savoir un peu plus sur les pratiques et les usages empiriques dans ce domaine. À partir des réponses à cette enquête, nous avons décidé de réaliser ce petit guide extrêmement simple qui tienne compte à la fois du contexte (la prise de vues dans un cadre de recherches en LSH), du matériel communément utilisé, du niveau ordinaire de compétence des chercheurs, et des besoins tels qu’ils avaient pu nous apparaître dans les réponses collectées. Pour paraphraser le titre d’une collection populaire de vulgarisation, ce modeste guide pourrait être sous-titré La photographie pour les chercheurs nuls… si précisément il n’était pas exactement l’inverse !

En effet, tous les chercheurs interrogés sur leurs usages de la prise de vue photographique ont bien expliqué, dans leurs réponses, à quel point ces photos s’intégraient à un contexte épistémologique spécifique, précis et analysé en profondeur. Chacun savait très précisément pourquoi il prenait telle ou telle photo, quel usage il souhaitait en faire, et de quelle manière cela influait sur ses démarches et résultats de recherche. Il ne s’agit donc pas de chercheurs nuls, mais précisément de chercheurs compétents, soucieux d’intégrer au mieux dans leurs démarches et protocoles une technique aujourd’hui banalisée… mais à laquelle ils n’ont pas été formés, et pour laquelle ils sont souvent mal équipés. Notre guide serait donc plutôt un Manuel pour les chercheurs compétents qui ont besoin de faire de « bonnes » photos.

 Photographie d'un document en salle de lecture © BnF

Photographie d’un document en salle de lecture © BnF

arviva.sculpture3dMathilde Dutertre, ingénieur d'études au CNRS-IRHT, et Gilles Kagan, ingénieur de recherche au CNRS-IRHT, en train de photographier les reliures anciennes du fonds de la Bibliothèque Municipale de Tours.

arviva.sculpture3d: Mathilde Dutertre, ingénieur d’études au CNRS-IRHT, et Gilles Kagan, ingénieur de recherche au CNRS-IRHT, en train de photographier les reliures anciennes du fonds de la Bibliothèque Municipale de Tours.

À cet égard nous avons tous pu constater, lors de nos échanges comme lors des dépouillements des réponses à notre enquête, qu’un hiatus séparait d’un côté les chercheurs, et de l’autre côté les ingénieurs et techniciens de la photographie attachés à des laboratoires de recherches ; et plus encore, les chercheurs membres d’un laboratoire qui disposait d’un personnel technique qualifié en photographie, et ceux qui en étaient réduits à « bricoler » dans leur coin. Notre livre s’adresse à ces derniers. Il hérissera les photographes professionnels, ceux qui se vouent à 100% aux activités de recherche d’un laboratoire ou d’une équipe, et qui auront toutes les raisons de considérer que nos préconisations et nos solutions sont imparfaites ou simplificatrices. Qu’on s’entende bien : nous ne prétendons pas nous substituer à des formateurs en photographie, et tous les chercheurs qui peuvent bénéficier d’une vraie formation, dans le cadre de leur université ou d’un organisme de recherche, n’auront pas besoin de nos pages. Nous ne prétendons pas davantage permettre aux chercheurs de faire d’aussi bonnes photos qu’un professionnel qualifié et équipé. Notre objectif est infiniment plus modeste : en tant que chercheurs, nous souhaitons nous adresser à d’autres chercheurs, et partager avec eux une série de recommandations simples qui ne feront pas d’eux des photographes, mais qui les aideront à produire, au service de leurs propres démarches de recherche, des photographies de meilleure qualité, plus faciles à utiliser, plus satisfaisantes à tous égards. À nos yeux, une « bonne » photo est une photo qui est exploitable, par rapport au contexte disciplinaire de la recherche. Nous n’envisagerons donc jamais la photo sous l’angle épistémologique, renvoyant cette compétence au chercheur ; nous nous situerons, nous, du côté pragmatique de la prise de vue, avec en permanence à l’esprit la conviction que beaucoup de chercheurs sont peu équipés sur le plan matériel ?. Comment faire des images satisfaisantes et utilisables avec le matériel qu’on a sous la main ? Finalement, ce manuel pourrait être sous-titre La photographie pour les bons chercheurs pris par le temps et soucieux de leur budget

Nous avons décidé de mettre en ligne, jour après jour, les résultats de notre travail d’élaboration de ce petit guide. Par ailleurs, conscients qu’il peut être utile d’avoir dans sa poche quelques conseils de bon sens à emporter avec soi lors d’une campagne photo, nous essaierons aussi de proposer des solutions d’impression de certains billets « spécial terrain », sous forme d’aide-mémoire imprimable et pliable à la taille d’une poche!

Cécile Boulaire, Romeo Carabelli, septembre 2015

  1. Roberto Casati, Contre le colonialisme numérique. Manifeste pour continuer à lire. Traduit de l’italien par Pauline Colonna d’Istria. Paris, Albin Michel, « Bibliothèques Idées », 2013, p. 32 []

Cécile Boulaire

maître de conférences à l’Université François-Rabelais de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. mai 22, 2016

    […] parallèle à cette formation semi-autodidacte à Moodle, j’ai amélioré ma technique photographique, en grapillant des éléments de formation ici ou là; j’ai bricolé aussi avec les outils […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *