Synthèse des réponses au questionnaire

Cette synthèse des réponses au questionnaire sur les usages de la photo numérique dans les recherches en Lettres & Sciences humaines a été présentée en introduction à la journée d’études qui s’est tenue le 6 novembre à la MSH Ange-Guépin de Nantes.

Cécile Boulaire

La diversité des objets de la photographie

Ce qui frappe en premier lieu, c’est l’extraordinaire diversité des sujets pris en photo. Autant on pouvait s’attendre à ce que la photo ait pris le relais du dessin dans des pratiques de terrain marquées par la nécessité épistémologique d’un inventaire matériel (archéologie), autant le champ de ce qui est photographié semble s’être élargi à l’infini.

Le « terrain »

Les chercheurs ont massivement évoqué le « terrain » de leurs recherches. L’usage du terme lui-même semble indiquer la conscience d’effectuer un travail de « défricheur », en-dehors de cadres institutionnels – avec ce que ça implique dans l’usage même de la photo : légèreté de l’équipement, réactivité, précarité des conditions de prise de vue, sentiment de devoir faire face « avec les moyens du bord », c’est-à-dire un matériel plus ou moins adapté, une compétence plus ou moins avérée – l’accent principal étant mis sur le fait que la prise de vue « fait corps » avec le chercheur lui-même, comme on va le voir avec les réponses impliquant une grande subjectivité. C’est d’emblée une manière de répondre à l’objection qui pourrait être « les photographies doivent être faites par un photographe professionnel attaché au laboratoire ».

Quels objets ?

Une grande variété d’objets, qui va d’objets traditionnellement soumis à des logiques d’inventaire (catalographie, bibliothéconomie, archivistique) à des scènes qui posent beaucoup plus de problèmes en termes d’indexation et de classement :

 

Des documents (photographie-reprographie)

  • Manuscrits littéraires (Afrique Noire, Caraïbe) & ayants-droits de ces manuscrits ; documents médicaux ; documents de sociologie ; photographies ; des livres, articles, revues.

Des objets

  • Des sculptures, des statues, des instruments, des objets en vitrine ; des tableaux, des murs peints ou sculptés

Des chantiers

  • Chantiers de fouilles, sites archéologiques ; scènes de fouilles

Des sites urbains

  • Quartiers de villes, cimetières, églises, musées, cafés ; campagne.
  • le bâti ; les affiches, la signalétique, les images dans la ville
  • Technique et habitat vernaculaire ; intérieurs et décors
  • Maison d’écrivain ; espaces domestiques

Des « scènes » impliquant des humains

  • Scènes de spectacle ; manifestations de rue ; scènes du travail, de jeu, de vie de famille, de lecture ; interactions quotidiennes ; scènes de pratique religieuse
  • Des gestes ; des pratiques de soins ; des activités agricoles, socio-économiques
  • Des personnes dans un environnement urbain
  • Des réunions
  • Les enquêtés eux-mêmes (pour « documenter » l’enquête)

et même:

  • « tout type de patrimoine culturel »!

Autour de la prise de vues

La prise de vue sur le terrain est toujours accompagnée de l’enregistrement d’autres données par le chercheur. Si les notes manuscrites complémentaires concernent une courte majorité des chercheurs (58%), près de 40% des chercheurs utilisent leur appareil de prise de vue aussi pour enregistrer non pas des données mais des métadonnées : cliché d’un dossier avec sa cote, d’une couverture avec un titre, d’une plaque de rue, d’un cadran de montre…). Il faudra donc distinguer, au moment du tri des photos, entre les photographies « données » et les photographies » informations sur les données »…

… à moins que les chercheurs ne réussissent à s’emparer d’une possibilité jusqu’ici utilisée par à peine 14% des chercheurs : inscrire ces informations « méta » directement sur l’appareil de prise de vue, afin qu’elles soient enregistrées dans les métadonnées de l’image de manière native (données EXIF). Encore faut-il  savoir que c’est possible… et savoir le faire (qui sait où est rangé le manuel d’utilisation de son appareil ?). Pourrait-on aller jusqu’à imaginer des préconisations d’achat à l’intention des laboratoires de recherches et de leur membres, en signalant les appareils dont la saisie d’informations en amont est possible… et ergonomique ?

Car 60% des chercheurs ont donné des précisions quant aux informations qui doivent idéalement accompagner toute prise de vue. Sans que cela soit une surprise, ces informations sont très variées, à l’image des terrains eux-mêmes. Mais ce qui est plus surprenant, c’est que se croisent avec un ratio de 2/3 pour 1/3 la nécessité d’enregistrer des données factuelles objectives, et celle de retenir aussi des données extrêmement subjectives.

Données objectives

  • Localisation la plus précise possible ; secteur de fouille ; coordonnées géographiques (Lambert III) ou GPS.
  • Date, heure
  • Dimensions réelles de l’objet photographié ; matières ; environnement de l’objet
  • Nom de la personne ou des personnes ; autorisations d’exploitation
  • Notice bibliographique associée aux clichés du document ; références complètes, n° de page ou de folio ; cote ; auteur
  • Description, mots-clés
  • Données techniques (focale, ouverture, dimensions, colorimétrie, profil couleur, temps d’exposition)

Notons qu’ici les chercheurs utilisent, ou souhaitent massivement utiliser des procédures d’automatisation d’enregistrement de ces données factuelles ; certains ne semblent pas savoir que certaines de ces données sont stockées automatiquement dans l’appareil lui-même, et associées au cliché ; d’autres imaginent perfectionner à l’extrême ces enregistrements systématiques : « un rêve : photographier une œuvre et capturer en même temps les méta données descriptives de l’œuvre (par exemple via un QR code) »…

Données subjectives

Si tout le monde semble s’entendre sur la nécessité de stocker des données concrètes objectives, nombreux sont aussi les chercheurs à revendiquer la dimension subjective et réflexive de la prise de vue accompagnant (ou constituant) la recherche. Ils disent ainsi noter les raisons de la prise de vue, les «réflexions ou l’intuition qui l’ont accompagnée », un commentaire ayant justifié la prise de vue, une note détaillée sur l’expérience du photographe sur le site. Quelques commentaires plus détaillés apportent un éclairage sur la manière dont les sciences humaines font usage de la photographie :

  • « Ne pas prendre chaque photo pour elle-même mais envisager les choses sous l’angle du corpus »
  • « De quelle évolution du regard témoigne l’enchaînement des différentes prises de vue sur une même séquence temporelle sur le terrain ? »
  • « Je suis pour ma part attentif aux réactions suscitées par la prise de vue, aux commentaires des personnes photographiées notamment. Ce sont des données que j’essaie systématiquement de prendre en note »

Dans ces cas, la photographie n’est pas pensée comme un simple outillage d’enregistrement de données, mais bel et bien comme un acte de production d’une donnée, qui de ce fait devient lui-même l’objet d’une interrogation (sur ce qu’il implique, ce qu’il crée, ce qu’il modifie des situations prises en photo). On pourrait à cet égard parler de « méta-métadonnées »… dont la dimension subjective constitue cependant un échec à toute tentative de rationalisation collective a priori, puisqu’elle témoigne de la démarche singulière du chercheur ici et maintenant. Quoi qu’il en soit, cette pratique invite à une réflexion sur l’outillage pragmatique du chercheur. La multiplication des tablettes permettrait-elle une prise de note « couplée » d’emblée à la photo elle-même ? Les ordinateurs, de plus en plus légers, peuvent-ils remplir cette fonction ? Qui utilise la fonction « dictaphone » de son appareil photo ?

La quantité des photos

Plus de la moitié des enquêtés déclare faire plusieurs dizaines, voire centaines de prises de vue à chaque « campagne », ce qui pose d’emblée une série de problèmes :

  • de stockage (volumétrie)
  • d’archivage (classement)
  • de réutilisation (indexation)

Après la prise de vue

Les photos sont dans leur immense majorité transférées sur l’ordinateur personnel du chercheur, et de manière assez indifférenciée, à l’aide des logiciels fournis avec l’appareil photo, ou avec le système d’exploitation de l’ordinateur, ou encore, pour les mieux équipés, avec des logiciels Adobe. C’est à cette étape qu’intervient le problème du nommage des clichés, pour l’archivage et l’utilisation ultérieure. Une partie des chercheurs a mis en place un protocole de nommage extrêmement raffiné des fichiers images, permettant de les stocker rationnellement, de procéder à des tris simples, et de les retrouver pour un usage ultérieur. Un chercheur signale même qu’il utilise les « bonnes pratiques » mentionnées par la TGE Adonis et la BNF. On trouve ainsi quelques modèles

  • Une chaîne du type : Nom de Mission – année de Mission – code type de documentation – numéro incrémenté – format image
  • Date-lieu-numero issu de l’appareil, par exemple 20131105_budapest-citadelle_TBU4556.jpeg
  • Je nomme en fonction de la « campagne ». Par exemple INSEE02_001.jpg voudra dire « archives de l’INSEE, 2e campagne, 1e photo ».
  • Numéro unique comprenant: – 2 chiffres pour l’année – 4 chiffres pour le numéro du film – 3 chiffres pour le numéro du cliché dans le film suivi d’un point et de l’extension du fichier
  • Numéros si possible triables en numérique (par ex: ‘0001’ et non ‘1’)

Mais la très grande majorité des chercheurs affirme, par manque de temps, manque de connaissances sur les procédures, ne pas nommer les fichiers eux-mêmes, et se contenter de les verser dans des dossiers qui seuls portent un intitulé précis, dont la logique dépend du chercheur, de sa discipline et de son objet : dossiers de dates puis de lieux, par type de source, par cote dans le cas de documents, par sujet… L’empirisme et l’individualisme règnent ici en maîtres absolus : « quand j’ai le temps, j’essaie de les nommer » ; « chacun au sein du laboratoire adopte son propre système » ; « Pas de nommage précis pour l’ensemble des clichés. Seuls ceux qui seront utilisés sont nommés a posteriori » ; « je ne touche pas à la numérotation de l’appareil ». Ces manières de faire, on le voit, sont un frein évident au partage des données entre chercheurs ; elles font aussi courir le risque d’une perte radicale d’informations sur les images, si par mégarde elles « sortent » du dossier où elles ont été versées. Mais la question du temps considérable nécessité par le renommage est invoquée avec récurrence par les chercheurs. En conséquence, seule une procédure extrêmement simple, automatisée et rapide pourrait inciter les chercheurs à changer leur manière de faire, pour peu qu’ils y voient un intérêt immédiat et pérenne.

Cette crainte de devoir procéder à des manipulations chronophages se double d’une grande méconnaissance des données qui sont pourtant nativement stockées au moment de la prise de vue : à la question « Utilisez-vous les métadonnées contenues dans les fichiers numériques, comme les champs IPTC » », seuls 14% des chercheurs ont répondu par l’affirmative, 70% répondant « non »… et 16%, probablement intimidés par une question qu’ils ne comprenaient même pas, n’ont rien répondu. Il est donc possible qu’une information rapide, efficace et simple, sur les données captées automatiquement dans le fichier au moment de la prise de vue permettrait aux chercheurs d’économiser, en aval, une part de leur temps de saisie de données, et libérerait du temps pour des efforts de nommage plus raffinés.

La sauvegarde

La quantité des images augmentant de manière exponentielle, et la qualité des informations qui les accompagne témoignant d’un nouvel investissement de ce support dans la pratique de la recherche, les chercheurs sont très légitimement soucieux de la sauvegarde de ces documents. Les méthodes, parfois rationnalisées, souvent empiriques, témoignent d’une certaine forme d’anxiété, assez légitime, devant la fragilité des données numériques, jugées par ailleurs « proliférantes ». Il me semble aussi qu’elles pointent une relative insuffisance de la prise en compte, par les institutions, de cette nécessité nouvelle : le stockage des données liées au travail en cours ; & l’archivage des données liées au travail déjà effectué. Nombreux sont les chercheurs à utiliser Dropbox ou des serveurs en ligne pour des backup plus ou moins réguliers, mais on note aussi l’utilisation, précaire, de disques durs externes en local, de DVD et de clés USB. Les services informatique des universités auraient sans doute tout intérêt – dans la perspective où les « services » des universités se pensent comme réellement au « service » des universitaires et de leurs obligations professionnelles – à entendre les besoins exprimés (en termes de capacité de stockage, et d’accès à des protocoles rapides de copie des données).

Les compétences des chercheurs

En prise de vue

Seuls 14% des chercheurs ayant répondu au questionnaire ont reçu une formation à la prise de vue, ce qui est très minoritaire. Fait curieux en revanche : parmi ceux qui n’ont reçu aucune formation, ils sont plus nombreux à considérer qu’il n’en ont pas besoin. C’est bien la confirmation que la photo numérique est aujourd’hui considérée comme un outil « transparent », spontané, pour lequel il n’est pas envisagé de préparation à la prise en mains. Il est possible, de ce fait, de supposer que les difficultés de gestion des images que nous allons observer dans la suite du questionnaire puissent être réglées par un embryon de formation qui serait dispensé aux chercheurs utilisant la photo sur le terrain – encore faut-il s’entendre sur les modalités de cette « formation », compte tenu du fait que 36% des chercheurs considèrent qu’ils n’en ont pas besoin ! 33% en revanche (c’est-à-dire un tiers exactement), souhaite recevoir une formation. Il y a donc ici un net désir exprimé par la communauté des usagers, auquel l’institution (université, organismes de recherche) se doit d’apporter une réponse concrète.

Remarquons que la nécessité d’une formation émane non pas des chercheurs « amateurs », mais de ceux qui ont manifestement reçu une formation, et qui considèrent qu’elle est indispensable – notons que cette formation n’est pas forcément photographique ; plusieurs professionnels évoquent une formation au dessin d’observation (archéologie), à la cartographie (géographie). Plusieurs photographes, ayant été formés à l’argentique, se servent de ce préalable dans leur usage du numérique. Ce sont ces chercheurs les plus formés qui précisent les éléments sur lesquels il importe d’attirer l’attention : présence de chartes et échelles, par exemple. Les demandes des autres chercheurs se focalisent sur des éléments précis :

  • choix du nombre de pixels, taille des documents
  • colorimétrie, gestion des contrastes ; photo en intérieur sans flash ; éclairage pour la prise de vue d’objets ; temps de pose
  • techniques pour éviter les déformations dans la prise de vue de documents (notamment manuscrits)
  • usage de filtres

Ces réponses appellent une remarque : le panel de chercheurs consultés mélange des « digital natives » (chercheurs qui ont commencé leurs études avec des ordinateurs, qui possèdent un smartphone…) et des chercheurs aux méthodes classiques. Ni leur formation, ni leurs usages ni même leur matériel n’est le même : 34 chercheurs ont ainsi déclaré prendre des photos avec leur téléphone ou une tablette. Toute action de « formation » doit tenir compte de cette grande hétérogénéité des attentes, des dispositions et des matériels utilisés.

Elle doit aussi être adaptée au fait que les chercheurs travaillent sur des terrains aux conditions précaires : (prise de vue in vivo, réticence des sujets photographiés, clandestinité, mauvaises conditions de lumière ou de cadrage…) et avec du matériel souvent peu sophistiqué. Une formation idéale doit donc aussi préparer les chercheurs au « bricolage » : elle ne peut être calquée sur les formations longues et techniques dispensées à des ingénieurs destinés à effectuer un travail « propre ».

En retouche

Si 28% des chercheurs ne retouchent pas leurs clichés, en revanche 62% recadrent, 55% corrigent luminosité et contraste, 22% retouchent la couleur. Comme pour la prise de vue, près d’un tiers des chercheurs considère ne pas avoir besoin de formation à la retouche ; leur usage de logiciels variés, parfois professionnels (comme Photoshop), semble leur suffire. Et comme pour la prise de vue, près d’un tiers réclame au contraire d’avoir accès à une formation, même élémentaire : pour ne pas perdre en qualité au moment de retouches hasardeuses ; pour être autonome ; pour améliorer une pratique empirique et éviter d’y perdre trop de temps. Car c’est une nouvelle fois l’empirisme qui domine, dans les réponses : on évoque le « partage d’expérience », une formation « basique » reçue d’un collègue, un apprentissage « sur le tas ». Mais là encore, il faut faire la part des choses : les chercheurs souhaitent devenir plus autonomes et performants dans leur usage des logiciels de retouche… mais revendiquent de rester malgré tout amateurs, et de conserver des standards de qualité assez élémentaires : « j’ai d’autres besoins prioritaires », « ma formation à Photoshop a été douloureuse », « j’aimerais en savoir un peu plus », « restons simples, l’hypertechnicité est souvent une névrose » ! Il convient donc d’adapter les éventuelles actions de formation à ce besoin « minimal » exprimé par les chercheurs, et de trouver le modèle adéquat (tutoriels video ? cours en ligne ? café-formation ? mini-modules ?).

Quel devenir pour ces photos ?

Sans surprise, la grande majorité des chercheurs fait un usage documentaire personnel de ses images (66%), mais le second usage est pédagogique : production de documents distribués aux étudiants, mise à disposition dans des cours en ligne, projection en cours. Cet usage pédagogique arrive bien avant les publications, pour lesquelles papier et électronique arrivent au coude-à-coude, autre surprise : les chercheurs en LSHS semblent bien convertis à la publication numérique. En revanche, deux usages semblent minoritaires (respectivement 42 et 37% des réponses) : la mise en commun des données avec d’autres chercheurs, sous forme de bases de données partagées ; et la mise en valeur directe des résultats sous la forme de sites web.

Cela semble traduire deux attitudes différentes. D’une part, la difficulté à partager ses sources, même entre collègues. Cette difficulté est sans doute à lier à la fois à une compréhensible volonté de protéger les données dont on est le producteur ; mais aussi à une relative réticence de ces disciplines à développer le travail « en équipe ». D’autre part, ceux d’entre nous qui ont expérimenté le travail en équipe, sur un même sujet, et qui ont de ce fait eu besoin d’échanger des données au sein de bases de données, connaissent les grandes difficultés techniques induites par ces dispositifs : il est difficile de trouver le système qui d’emblée répondra à tous les besoins de l’équipe, d’autant que ces besoins apparaissent souvent en cours de recherche (d’ailleurs, la question concernant les bases de données n’a recueilli que 13 réponses) ; une fois trouvé, ce système nécessite l’intervention, pour l’installation et la maintenance, d’un personnel qualifié dont les équipes ne disposent que rarement ; enfin, les procédures imaginées pour ces systèmes ont une fâcheuse tendance à alourdir considérablement le travail de saisie des informations permettant le stockage des données… ce qui décourage les chercheurs de les utiliser.

Si j’insiste sur ce point, c’est que de telles constatations sont précisément à l’origine de la création du projet IconoRéseau : afin de trouver des solutions partageables à divers problèmes de mise en réseau de données iconographiques, nous avons créé ce groupe de réflexion, dont le blog est sous-titré « Images, bricolage et humanités numériques », car nous voudrions créer une sorte de lieu interface entre les pratiques des chercheurs, et leur temporalité, et celles des ingénieurs chargés de développer et faire fonctionner les outils de mise en valeur (web, bases de données, etc), afin que chacun y gagne : plus de rapidité et de simplicité de mise en œuvre pour les chercheurs, plus de qualité et de précision pour les ingénieurs qui « récupèrent » des données produites par les chercheurs sur leurs terrains.

 

En conclusion, il faut noter que les chercheurs interrogés, s’ils ont consacré beaucoup de temps à exposer leurs difficultés pragmatiques, ont aussi eu le souci d’élever le débat, et de s’interroger sur les usages des photos « proliférantes » qui ont tant changé leur manière de travailler. Plusieurs ont manifesté une inquiétude quant au statut juridique des images qu’ils utilisent, l’un fustigeant au passage « la phobie anti-images du milieu universitaire, sa soumission peureuse à l’américanisation juridique eu égard aux droits ». D’autres ont souligné que les photographies utilisées communément dans le cadre de protocoles de recherches pouvaient cependant heurter un public non averti, si elles se répandaient au-delà du cercle des chercheurs. D’autres enfin ont invité à une « réflexion sur l’image en général dans les publications. Il faut inventer de nouvelles manières d’utiliser les images (pour analyser, communiquer et non pour illustrer !) ». Je pense que ces questions vont pouvoir nourrir les débats de cette journée nantaise.

Télécharger les résultats complets

 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. novembre 22, 2013

    […] ← Synthèse des réponses au questionnaire […]

  2. juin 28, 2015

    […] Les usages de la photo numérique dans les recherches en SHS […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *