Bilan de la journée du 6 novembre

La journée du 6 novembre 2013, intitulée Usages de la photo numérique dans les recherches en LSHS, a réuni une vingtaine de chercheurs dans le magnifique petit amphithéâtre de la MSH Ange-Guépin à Nantes.

La première intervention a été l’occasion d’un bilan des 200 réponses apportées à notre questionnaire sur ces usages de la photo par les chercheurs. Un billet entier lui est consacré, on peut aussi y télécharger les résultats eux-mêmes.

Romeo Carabelli a présenté un cas très concret d’usage de photos numériques par un chercheur. Sa présentation est consultable en ligne. Le questionnement principal vise à comprendre comment et jusqu’à quel niveau la pratique de terrain et d’organisation des informations peut/doit se modifier pour améliorer le processus de production de connaissance mis en place par les chercheurs.  C’est ainsi qu’il présente les difficultés d’organisation des sources iconographique – images propres réalisées sur les terrains et images produites par autrui et accessibles sur le web dans ce cas – mais aussi les problèmes d’organisation de l’archive du chercheur, l’utilité de son accès par d’autres personnes et l’éventuel dépôt public des archives. Une lecture « productiviste » suggère la recherche de seuils dans le nombre d’images pour introduire des pratiques d’archivage évolutives qui au fur et à mesure s’adaptent aux besoins et aux contraintes.

La discussion qui suit évoque la question des archives du chercheur – Romeo Carabelli se demande si les documents permettant de produire la recherche méritent, en définitive, d’être archivés après la fin de son activité. Gilles Kagan intervient dès cette étape en évoquant la notion central d’editing: une photo, c’est un document, au même titre qu’un livre. Cette valeur est essentielle mais difficile à gérer car sa gestion est très chronophage.

La question de la « fouille d’image » automatisée est évoquée, mais elle  est rapidement évacuée, car les recherches dans ce domaine en sont encore su stade expérimental. Plutôt que de tout attendre de processus automatisés, encore à inventer, Gilles Kagan rappelle que le chercheur est attaché à la qualité sémantique de l’image : ajouter des métadonnées, c’est pointer vers le sens. Il y a donc un travail à faire avec les personnes qui utilisent les images. On oublie qu’il y a autour des images toute une culture qu’on ne peut pas gommer, sous le prétexte de gagner du temps. On ne doit pas privilégier quantité sur qualité.

L’intervention de Stéphane Loret fait apparaître le point de vue de l’ingénieur. Sur des projets auxquels il a été amené à travailler (Mame, AlterProp), se sont posées des questions : on avait une masse d’images, qu’il fallait introduire pour en faire des documents de travail. Pour Alterprop, beaucoup de chercheurs pensaient l’image comme « illustrative », non comme donnée. Il a fallu inventer des dispositifs pour gérer les images.

Il y a aujourd’hui profusion des appareillages, mais peu d’applications permettant de faire de la sémantisation automatique (ça existe dans des projets spécifiques, par exemple les BVH). On travaille actuellement à produire des outils qui deviennent généralistes, mais beaucoup de ces outils sont encore expérimentaux. Or dans la recherche, il y a un emballement pour tout ce qui est « corpus numérique ». On veut pérenniser le savoir, monter des opérations de corpus… Même dans les financements : il faut « livrer » des choses, un livre ne suffit plus. Par ailleurs, ces corpus aujourd’hui sont multimedia – à cet égard, le projet data.bnf.fr est un modèle dont il faut s’inspirer.

La question est donc toujours la même : où va-t-on gagner du temps ? La recherche est forcément collective et collaborative : on ne fait pas de recherche sans une bibliothèque avec des centaines de volumes à consulter ; on doit aussi se soucier de la transmission. Ce que produit le chercheur doit donc pouvoir être relié: à ce que produisent d’autres chercheurs, à ce que stockent des institutions, etc. Or actuellement la France est le pays où il y a la plus grande dissémination des données, corpus, entrepôts, etc… La question du lien est à travailler de manière forte : normalisation et harmonisation > indexation, langages…

Maintenant, pour revenir aux réponses apportées au questionnaire: comment faire une prise de vue intelligente ? sans formation lourde… pas de solution miracle ! On voit ici clairement apparaître la nécessité d’une révolution méthodologique, au même titre qu’il y a une révolution numérique. Il faut penser les choses horizontalement et dans la relation et aller au-delà des autres disciplines, vers l’informatique aussi ! Les chercheurs en informatique ont besoin de nous autant que nous avons besoin d’eux. Ils sont limités, travaillent sur des dispositifs mais n’ont pas la connaissance de la relation de l’humain à ce qu’ils sont en train de créer. Stéphane Loret insiste sur le rôle de l’interdisciplinarité au-delà des SHS.

Il souligne aussi la nécessité de s’approprier le code : il faut faire avec le numérique ce qu’on a fait avec le livre: comprendre les techniques qui « mènent à » . Il s’oppose vigoureusement au discours qui vise à laisser à la machine le pouvoir de retenir l’information: il y a un travail fondamental, qui participe de notre mission de transmission, qui est de comprendre à la fois le contenu et le contenant. Les chercheurs doivent aussi comprendre comment on fabrique une image numérique. On ne peut pas laisser tout un pan de l’information à la machine. Par exemple : quel chercheur sait comment se discute un standard à l’échelle internationale ? Pourtant les enjeux sont fondamentaux, ce seront les matrices à partir desquelles nous allons travailler. Il nous faut nous réapproprier la fabrique des normes, c’est une des missions fondamentales au niveau de la formation des chercheurs, et des doctorants. On doit maîtriser ce savoir, pour ne pas être dirigé par ceux qui gèrent la technologie (notamment les grands groupes, dont les objectifs ne sont pas fondamentalement la pérennisation du savoir). De ce fait, le statut de l’image dans les projets de recherche doit devenir aussi clair que le statut du document pour l’historien, ou le statut du dessin pour l’archéologue.

La discussion qui suit fait intervenir une réflexion sur l’image dans les études en histoire des arts; sur les pratiques de l’image numérique en archéologie, sur l’enseignement de la cartographie dans les études de géographie. Gilles Kagan évoque l’entreprise radicale de Walker Evans dans Let Us Now Praise Famous Men, qui dans les années 1930 élève la photographie à l’égale du texte documentaire dans une enquête officielle.

L’après-midi, l’intervention de Gilles Kagan a permis d’entrer de plain pied dans les questions techniques (voir son powerpoint). Gilles Kagan est photographe depuis 23 ans à l’Institut de Recherches et d’Histoire des Textes (CNRS), un univers dans lequel la reproduction des sources anciennes a une place très importante (plus de 80 000 reproductions de manuscrits médiévaux accumulées depuis 1937 = le pli du numérique a été très vite pris). La bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux de l’IRHT totalise près d’un million d’images. Gilles Kagan précise bien qu’il n’est pas informaticien, et qu’il est en demande d’échanges.

Pour Gilles Kagan (et cette remarque rejoint les préconisations que Stéphane Loret formulait), les fondamentaux concernant le travail photographique ne sont pas si inabordables que ça.

En termes d’indexation, il existe une littérature abondante, accessible sur le web ; idem sur les standards (encodage xml, évolution des formats dont RDF…). Les choses ont évolué de manière très positive depuis 15 ans : réseaux-métiers très puissants se sont montés. Or il n’y a pas de réseaux-métiers dans le domaine de la photo ! même au CNRS. Un vrai travail reste à faire, car on compte dans ce domaine beaucoup trop de formats propriétaires, contrairement au domaine du livre. L’harmonisation des pratiques reste à construire.

Pour Gilles Kagan, quelle que soit la volumétrie des images à produire, il est prudent d’établir un mini cahier des charges, tout simplement parce qu’il faut toujours une méthode de travail. Il convient de mettre en place un workflow de traitement intelligent, d’autant plus si on doit travailler ensuite avec un ingénieur, qui de la sorte aura une idée précise des attentes et des démarches déjà déployées avant son intervention. Il faut par exemple définir des éléments minimum de contrôle qualité, et réfléchir à un choix des métadonnées pertinentes.

Pour la prise de vue, il faut être attentif au format. Pour l’archivage, on recommande le RAW ou le TIFF, Tiff HDR et DNG. Pour l’édition, on peut du TIFF, EPS ou PSD. Mais pour la diffusion, on reste sur du jpg, Gif, PDF, PNG, voire Jpeg 2000. Gilles Kagan estime important de faire un point sur ces standards, notamment le RAW.

Qu’est-ce que le raw ? il est le résultat numérique qui les appareils produisent à partir de la captation de l’image, il s’agit de l’enregistrement de la lumière avant la transformation en image. Il s’agit d’un document im-médiat (au sens de sans médiation) ; il permet une flexibilité et une fiabilité maximale. On estime, donc, que ce format soit le meilleur pour un archivage à terme, même si l’absence d’un standard est très, pour le moment, un facteur très négatif pour l’usage et la diffusion de ce format auquel on continue à préferer le tiff pour l’archivage. Donc à l’IRHT et malgré les préconisations du CNRS, on archive aussi du raw,  en plus du tiff. C’est le format brut des appareils de prise de vue ; il n’est pas standard ; compatible avec les métadonnées IPTC Core et Exif. Conserve toutes les données en 16 bits par couleur primaire, il est donc plus riche. C’est aussi un format qui est relativement léger. Le rendu des couleurs est le au niveau plus fin et précis permis par l’appareil (gestion du bruit de la couleur, contrôle total de la température de couleur). Par ailleurs il est compatible avec de nombreux logiciels de traitement d’image (Capture One, Photoshop, adobe bridge…). Enfin un format raw ne peut pas être modifié (notion de « brut de scan sans traitement »), ce qui évite les dégradations d’images au fil des manipulations.

Adobe a aussi créé un format, le DNG, licence ouverte, qui peut devenir un standard ; mais Gilles Kagan ne le préconise pas.

La règle absolue est de toujours garder la haute résolution. Cela implique de dupliquer les images avant toute forme de traitement !

Choix de l’appareil? Tout dépend de la  taille du capteur : tout ce qui est hors full-frame (capteur matriciel grand format) donnera un résulta décevant. De même, il faut prendre un bon objectif: une bonne optique garantit un bon pouvoir de séparation (bien évidemment le facteur économique jeu un rôle non négligeable).

Gilles Kagan invite les chercheurs à travailler avec une charte de couleur : un carton blanc ou neutre ; ou mieux, une charte pro (GretagMacbeth)  avec des pigments pur ; à défaut, un fond blanc ou gris, une couleur neutre, qui permet après coup de corriger en égalisant à partir de cette couleur.

Il souligne aussi l’importance de faire le choix de la stabilité pour les sujets fixes: travailler avec un pied et privilégier les vitesses rapides.

Enfin il met l’accent sur la qualité de l’exposition : une bonne prise de vue, bien exposée, ne nécessite pas de retravail ensuite… On gagne donc du temps, obsession du chercheur!

Pour ce qui est du traitement ultérieur, Gilles Kagan est formel: il ne faut jamais travailler à l’œil… Si on travaille avec beaucoup d’images, rien ne vaut le traitement par lots. Il faut trouver une procédure, établir un script et l’appliquer. Le cadrage se corrige par lots aussi !

Gilles Kagan recommande très peu de traitements pour l’exposition, le contraste, la couleur… En revanche le traitement sera destiné à la sortie : édition ou web. Mais on est dans une logique métier, cette fois: il sera fait appel à des professionnels…

Les questions de nommage sont moins de son ressort. Il invite cependant à garantir l’unicité ; permettre un classement alphanumérique pour retrouver un fichier dans une arborescence ; ne pas utiliser de caractères spéciaux ou accentués. Il faut surtout éviter les logiciels qui proposent eux-mêmes le classement (type iphoto), parce que le chercheur n’aura aucune maîtrise de l’arborescence. mais la question du nommage sera de nouveau évoquée par Richard Walter par la suite.

La parole est donnée à Sylvain Maresca, qui présente l’ouvrage qu’il vient de publier avec un collègue, Précis de photographie à l’usage des sociologues, qu’il présente par ailleurs sur son blog La Vie Sociale des Images. Publié aux PUR, il s’agit clairement d’un manuel destiné aux étudiants, parce qu’il y a une demande : ils ont une culture visuelle « naturelle » mais ont besoin d’aide. Désormais, ils veulent souvent travailler sur des corpus d’images ; ou photographient « à tour de bras » sur le terrain. Cette familiarité avec l’image crée une difficulté dans l’enseignement qu’on leur donne, fondé sur les textes.

L’autre élément qui a motivé ces deux sociologues pour écrire ce livre, c’est qu’en sociologie, on a observé récemment une multiplication des colloques et travaux sur l’utilisation des images dans les sciences sociales (surotut les ethnologues), or beaucoup de ces travaux travaillent des questions ontologiques (« peut-on ou ne peut-on pas ? l’image est-elle une source de connaissance ? ») qui tendent à devenir la seule approche du phénomène… alors que dans les sciences de la nature, on utilise abondamment les images, et on y a empoigné le problème de manière opératoire, concrète, consciente des biais propres à chaque catégorie d’image, en vue de les réduire; on y est donc en mesure d’évaluer les résultats qu’on obtient.

Enfin, on observe même aujourd’hui une sorte de réserve à l’égard des travaux qui utilisent l’image; Sylvain Maresca estime que ces travaux seraient plus convaincants s’ils faisaient la démonstration de leur apport. Ce qui suppose que les images elles-mêmes soient à la hauteur du propos. Or les étudiants ne savent pas faire d’images. Plutôt que de proposer une énième réflexion sur les avantages épistémologiques de l’image, les auteurs se sont proposés faire quelque chose de concret qui aborde ce qu’on peut faire avec des photos dans des enquêtes de sociologie. Il s’agit donc d’une mise en avant de l’observation dans les enquêtes sociologiques, une pratique moins cultivée dans les démarches sociologiques actuelles. La posture d’observation est évoquée dans toutes ses dimensions: systématisation des modes d’observation (sur le moment / au moment de revoir et détailler les images /  au cours du travail de recherche en cours, qui attire l’attention intellectuelle sur des détails pas vus). Il ne s’agit pas d’une alternative mais d’un complément aux techniques les plus habituelles : faire des photos, c’est quelque chose de perceptible par les gens observés, qui provoque un intérêt communicatif, beaucoup plus que prendre des notes, et donc susceptible d’enclencher une discussion et une réflexion avec les sujets observés. Cela crée une relation moins d’enquête surplombante, et davantage de coopération.

Sylvain Maresca et Michael Meyer ont donc organisé dans cet ouvrage une série de recommandations techniques : notamment la nécessité de concevoir un protocole photographique. « Si je fais des photos, c’est que je veux faire des images » = il s’agit d’un changement de langage qu’il faut intégrer comme une dimension centrale. D’où cette question, in fine: n’est-ce pas plus intéressant de collaborer avec un photographe professionnel ?… Il saura prévoir, anticiper les utilisations qu’il va faire des images. Par ailleurs collaborer avec un photographe amène à aborder de front la production des images, rendre compte d’une réalité en images plutôt qu’en texte, pourquoi on ne voit pas la même chose, etc. Le livre fournit par ailleurs des exercices, notamment pour aider les étudiants à appréhender la posture de sociologue. On y évoque aussi la série formant récit. Enfin on y trouve un questionnement sur la publication et la restitution (image faite ≠ image consommée), et sur des questions juridiques et déontologiques. Le projet des deux auteurs est de s’engager dans une perspective plus constructive et cumulative dans une discipline comme la sociologie.

L’intervention de Richard Walter présente cette fois le point de vue de l’informaticien qui réceptionne les images, très différent. Que peut-il dire au chercheur qui produit des images, pour ne pas avoir la tentation de le chasser du bureau?…

Richard Walter commence par quelques évidences: stocker n’est pas archiver. On stocke sur son disque dur, on archive avec un plan de classement. Or nous produisons de plus en plus de fichiers, de versions ; on observe un allongement des titres. La crainte de l’avenir se matérialise sous la forme d’une hantise d’un corpus numérisé inexploitable.

Le geste de survie : un plan de nommage. Richard Walter insiste sur l’idée qu’un chercheur doit toujours fournir un inventaire des fichiers produits. Une identification qui se fait toujours avec du texte ! Autre règle de base: un fichier a un nom unique (jamais d’espaces ni de caractères accentués!).

Sans métadonnées une image est vierge de toute information : il faut donc renseigner son contexte de production. Cela peut se faire via des métadonnées techniques (exif par exemple) souvent automatiquement générées par l’appareil de prise de vue, et contenues dans le fichier image lui-même. Mais on peut aussi recourir à des métadonnées descriptives (ex : IPTC). Enfin on utilise des  métadonnées génériques, qui s’appliquent à n’importe quel objet (ex: DublinCore). Il existe des schémas d’organisation, et un formalisme pour les écrire (le XML); ces métadonnées peuvent être à l’intérieur mais aussi à l’extérieur de l’image. Il faut donc apprendre à mettre « à côté » les métadonnées, dans un grand système documentaire. Il faut savoir les écrire : encodage en Unicode UTF-8. Attention à la dyslexie ! une faute de frappe est un vrai problème pour retrouver un fichier… À cet égard, Richard Walter conseille de suivre le guide des bonnes pratiques de Huma-Num (l’ex-TGE Adonis…). Numériser, c’est savoir anticiper l’usage ultérieur… qu’on ne connaît pas.

Enfin pour le long terme, Richard Walter rappelle quelques principes de base: les recommandations officielles invitent à conserver deux jeux de données, ce qui implique aussi plusieurs jeux de métadonnées. Ne jamais oublier de copier le jeu de fichiers métadonnées quand on sauvegarde ses images… Pour le long terme, on ne conservera pas tout: il faut garder l’idée qu’on a un projet scientifique. Il faut donc connaître le cycle de vie d’un document, comme y invite la théorie des trois âges des archives (courantes/intermédiaires/définitives).

La très riche intervention d’Anne-Violaine Szabados fera l’objet d’un billet ultérieur!

 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Jacquot dit :

    Je souhaite réagir à la phrase « La question de la “fouille d’image” automatisée est évoquée, mais elle est rapidement évacuée, car les recherches dans ce domaine en sont encore su stade expérimental. »

    Si en effet, l’outil RETIN [http://perso-etis.ensea.fr/~gosselin/pdf/gony07civr.pdf + http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/52/03/15/PDF/gosselin04icip.pdf
    ], développé par le laboratoire ETIS relève encore de la R&D, peut-on en dire autant que projet développé par Exalead dans le cadre de Quaero : http://www.dailymotion.com/video/xwocno_twins-pic-exalead_tech

    La technologie [http://docs.ltutech.com/imagealgorithms/functionalities] développée par LTU qui permet entre autres :
    – la reconnaissance à partir d’une sélection d’une partie d’image
    – la recherche par similarité
    – la possibilité de filtrer des images par couleurs d’une charte graphique
    me semble loin du stade expérimental.

    Ce qui semble manquer à l’outil est l’aide à l’indexation même si l’annotation automatique est en cours de développement.

    D’une façon générale les techniques de recherche par le contenu permettent désormais de s’abstraire des métadonnées, de tout langage d’indexation pour la recherche d’images même si je conviens que le contexte de production est en effet important à conserver, comme le dit Richard Walter, embarqué dans l’image même (EXIF + IPTC) plutôt que comme un fichier joint…

  1. novembre 22, 2013

    […] du 22 novembre : un premier compte rendu de cette […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *