Philippe Ayrault, photographe, au séminaire de l’InTRu

Crédits photo: Philippe Ayrault, service Patrimoines & Inventaire, Région Ile-de-France

Crédits photo: Philippe Ayrault, service Patrimoines & Inventaire, Région Ile-de-France

Le séminaire de méthode de l’équipe InTRu accueillait, pour sa dernière séance de l’année, ce mardi 10 juin 2014, le photographe Philippe Ayrault, venu à l’invitation de Jean-Baptiste Minnaert nous parler de son travail de photographie dans le cadre d’un vaste programme de recherches sur le périurbain.

Passionnante, la séance a stimulé tous les participants (historiens de l’art, de l’architecture, archéologues, spécialistes de cinéma ou de littérature dessinée). Elle a rejoint par bien des aspects les questionnement qui réunissent les chercheurs et ingénieurs engagés dans Icono Réseau.

En effet, l’exposé de Philippe Ayrault se voulait un vagabondage, évidemment très illustré, dans les démarches photographiques engagées autour de cette recherche sur le périurbain. Accompagnant les chercheurs sur leurs terrains, Philippe Ayrault et ses collègues réalisent des séries de clichés qui « documentent » une recherche, « inventorient » un sujet – mais ne l’inventent-elles pas à mesure ? –, donnent littéralement à voir leur objet d’étude aux chercheurs du projet.

La discussion a porté sur la nature de la relation entre l’institution (les services de l’Inventaire), les chercheurs, et les photographes. Le photographe est-il seulement l’exécutant d’une commande dont le chercheur, ou son institution, serait le donneur d’ordre ? La réponse de Philippe Ayrault, pour nous chercheurs, était passionnante : certes, la grande facilité apportée par le numérique rend la prise de vue moins contrainte qu’elle a pu l’être par le passé (où des conditions de luminosité et de météo indispensables avaient fini par dresser un corpus de normes auxquelles les photographies se pliaient – ce qui a fini par produire, à nos yeux, une esthétique identifiée comme telle). Néanmoins, la relation entre chercheur et photographes est plus souple que le modèle de la « commande » pourrait le laisser penser. Philippe Ayrault évoque même le principe de la « carte blanche » laissée dans certaines circonstances à un photographe, sur un terrain. Il raconte aussi les conditions de certaines prises de vues : chercheurs et photographes se rendent ensemble sur le terrain ; pendant que le chercheur observe, le photographe réalise des images. Après la mission, c’est ensemble qu’ils observent les images rapportées, ensemble qu’ils découvrent ce que les images donnent à voir du sujet de l’étude, et qui n’avait pas été « vu » sur le terrain.

La discussion qui s’engage est passionnante. Alors qu’au sein d’Icono Réseau nous nous efforçons de composer un petit « manuel » pour que le chercheur soit autonome dans les prises de vues nécessaires à son travail de recherche, quel que soit le terrain, Philippe Ayrault est en train de nous dire que  le chercheur ne « voit » pas son objet, sur le coup – ce qui le rend a fortiori incapable de « passer commande » d’une image. C’est le regard du photographe, un professionnel du visible, qui rend la photographie possible, photographie à partir de laquelle le terrain lui-même peut alors être réexaminé, après coup, par le chercheur qui est amené à y retourner (seul, ou accompagné). La démarche est stimulante ; elle réengage une réflexion sur les compétences réciproques: certes, les outils technologiques actuels rendent le chercheur autonome dans la réalisation de prises de vues, mais nous ne devons pas oublier que la photographie n’est jamais une saisie neutre du réel, qu’elle engage avant tout un regard, et que c’est ce regard, couplé à des savoirs techniques et à une sensibilité esthétique, qui produit l’image.

Pouvons-nous encore considérer que la photographie « documente » un terrain ?  N’est-elle pas, à l’égal du travail du chercheur, un révélateur plus qu’un enregistrement ? Philippe Ayrault le précise bien: c’est son travail auprès des chercheurs engagés dans le programme « périurbain » qui lui a progressivement appris à regarder cet objet qui, a priori, n’était ni pittoresque ni photogénique. Alors que le photographe sait réaliser des « paysages », tout simplement parce que le paysage est une notion qui a une histoire, et que cette histoire est elle-même antérieure à l’invention de la photographie, en revanche il n’existait pas de corpus donnant les clés d’une saisie visuelle des « lieux périurbains », dont tout le monde s’accorde à dire qu’ils sont laids, sans intérêt, inregardables. C’est le travail conjoint des chercheurs et des photographes qui fait émerger la possibilité de photographier  le périurbain– qui en devient, du même coup, « regardable ».

D’où la question qui titille évidemment les historiens de l’art présents à cette séance : le risque n’est-il pas, d’une certaine manière, d’esthétiser le réel à travers la photographie, qui perd du coup sa fonction documentaire, intimement liée à l’institution commanditaire ? Nous sommes plusieurs, en effet, à trouver très belles les photographies d’entrepôts, de friches ou d’entrées de lotissements présentées par Philippe Ayrault – qui révèle que le photographe n’est évidemment pas un technicien voué à la servile capture d’un réel préexistant, mais que, de même que pour la photographie de paysage il porte en lui, consciemment ou à son insu, les siècles de dessin et de peinture de paysage qui ont façonné le regard de notre culture, de même lorsqu’il s’agit d’inventorier photographiquement un univers a priori exclu des canons esthétiques, ce sont pourtant des références esthétiques qui aiguillent le regard du photographe. Les échanges font évidemment resurgir les noms d’Atget, de Bernd et Hilla Becher – de Walker Evans à sa manière – mais aussi d’Ed Ruscha et de Lewis Baltz. Une magnifique conclusion de séminaire, car elle ouvre sur d’innombrables prolongements.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. juin 13, 2014

    […] Un compte-rendu de cette séance a été oublié sur le blog Iconorezo. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *